Personnes aînées et les Proches Aidants : le député Denis Tardif et la ministre Marguerite Blais consultent les organismes communautaires

La ministre responsable des Aînés et des Proches Aidants, Marguerite Blais, et le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif, ont rencontré hier plus d’une vingtaine d’organismes de la région afin de mieux connaître la réalité de notre milieu au sujet des personnes aînées ainsi que des proches aidants.

 

Parmi ces groupes, il y avait, entre autres,  des responsables de plusieurs centres d’action bénévole, les organismes l’Éveil des Basques, Périscope des Basques, Logis-Aide, des services de soins à domicile, des travailleusessociales etleComité des usagers du CISSS du Bas-St-Laurent. Le personnel concerné du CISSS du Bas-St-Laurent était aussi présent lors de ces échanges.

 

Une intervenante sociale a même souligné « qu’il était rare qu’une ministre se déplace en région pour consulter les organismes communautaires » lors des échanges qui se sont déroulés dans une atmosphère cordiale et de franc dialogue.

 

ÀRivière-du-Loup, le député et la ministre ont dîné au Pavillon des Cèdres, une maison pour personnes âgées autonomes et ont visité le Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Chauffailles avant de se rendre à Trois-Pistoles pour rencontrer d’autres organismes.

 

En entrevue avec des médias à Trois-Pistoles, la ministre Marguerite Blais a parlé de deux importants chantiers sur sa table de  travail, soit la future politique nationale des proches aidants et celle sur les soins et l’hébergement de longue durée.

 

Le Bas-Saint-Laurent aura aussi ses Maisons des Aînés.De véritables milieux de vie loin de l’atmosphère médicalisée, des hôpitaux avec des maisons alternatives pour les personnes de moins de 65 ans. Une somme de 564 millions est prévue sur une période de cinq ans pour le déploiement des Maisons des Aînés.

Aussi, il a été question de plusieurs sujets, dont l’importance des soins à domicile, le projet-pilote de gériatrie sociale de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup, du concept de la démarche citoyenne de Maisons des Proches Aidants Gilles Carle, des conditions de travail du personnel soignant, de la réalité de l’isolement social en région comme en milieu urbanisé, des déterminants sociaux de la santé (chômage, pauvreté, etc.), des visites amicales effectuées auprès des résidents d’établissements privés pour personnes âgées et des problèmes de transport adapté pour les personnes aînées.

La ministre s’est montrée très préoccupée des coupures budgétaires effectuées par l’ancien gouvernement auprès des entreprises d’économie socialeetde la fermeture des Centres de jour.

 

Dans son premier budget, le gouvernement du Québec a annoncé l’injection,dès cette année,de 280 M$ supplémentaires pour les soins à domicileet une somme additionnelle de 21 M$ pour soutenir les proches aidants en leur offrant des services de répit.

 

D’ici cinq ans, des investissements additionnels de 4,9 milliards de dollars en santé sont prévus dont 1,5 milliard de dollars pour renforcer les soins et les services à domicile, 105 millions de dollars pour améliorer la qualité de vie des proches aidants, et 1,1 milliard de dollars pour l’ajout de personnel soignant.

 

« Nous prenons des décisions pour améliorer la qualité de vie des personnes aînées ainsi que pour les proches aidants. Nous consultons aussi les organismes communautaires concernés pour mieux connaître leurs besoins afin de proposer des politiques qui tiennent compte aussi des régions. Le fait, par exemple, que notre population vieillisseplus vite qu’au Québec peut représenter une opportunitépour créer une nouvelle approche sociale du vieillissement de la population», a résumé Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup-Témiscouata.